Portugal

Disparition d'Américo Amorim, le roi du bouchon liège

Lundi 17 juillet 2017 par Alexandre Abellan

Qualifié d’homme le plus riche du Portugal par le magazine américain Forbes (avec une fortune de 4 milliards d'euros), Américo Amorim possédait d’importantes participations dans des conglomérats portugais d’énergie et de téléphonie.Qualifié d’homme le plus riche du Portugal par le magazine américain Forbes (avec une fortune de 4 milliards d'euros), Américo Amorim possédait d’importantes participations dans des conglomérats portugais d’énergie et de téléphonie. - crédit photo : Corticeira Amorim
Chantre de l’export dans les années 1960, l’entrepreneur a poussé le bouchon toujours plus loin dans l’innovation. Il a également pris le tournant de diversification des usages du liège, alors que les concurrences alternatives vont croissantes.

Disparu ce 13 juillet à l’âge de 82 ans, Américo Ferreira de Amorim aura fondé en une soixantaine d’années le leader mondial en production et commercialisation de bouchons en liège. Le premier septembre 1952, il n’intégrait pourtant qu’une modeste entreprise familiale, Amorim & Irmãos, fondée par son grand-père en 1870 à Mozelos (à 20 kilomètres au sud de Porto). Avec ses frères António, Joaquim et José, Américo Amorim a rapidement misé sur l’exportation des bouchons en liège naturel pour développer l’activité de l’entreprise familiale. Il fonde Corticeira Amorim en 1963, qui pose les jalons de la diversification de gamme d’Amorim. En valorisant les déchets et rebuts de la production de bouchons traditionnels, cette nouvelle activité produit des bouchons agglomérés et ouvre de nouvelles applications.

Désormais aussi bien utilisé pour des revêtements composites que l’isolation de bâtiments (et même de navettes spatiales), le liège d’Amorim a également évolué pour s’adapter au bouchage des vins. Ont récemment été lancés des bouchons d’origine française, une étude sur la productivité des chênaies, un outil certifiant l’absence de goûts de bouchon (TCA)… Et le fameux bouchon à liège à vis (Helix). Cette course à l’innovation témoigne de la concurrence qui s’est développée sur le marché des obturateurs de vins. Les bouchons synthétiques et autres capsules à vis n’empêchant pas Amorim de rester le leader mondial incontesté du liège, en production et commercialisation de bouchons.

Nouvelle génération

Depuis 2001, la présidence du conseil d’administration d’Amorim a été prise par le fils d’Américo Amorim, António Rios de Amorim. Ce dernier conserve la devise paternelle : ne pas se cantonner à « un seul marché, un seul client, une seule monnaie, un seul produit ».

LAISSER UN COMMENTAIRE

Recopier le code :
Processing
© Vitisphere 2017 - Tout droit réservé